Introduction – Le blocus de Léningrad

Petites nouvelles russes - Blocus de Léningrad - Dessin d'enfants
Le blocus de Léningrad vu par des enfants d'aujourd'hui

Ксения Грушевая - Ничего не могу забыть

Xénia Grouchevaïa – Je ne peux rien oublier

 

(Publié en 1982 dans la revue Звезда - l’Etoile)

traduit par

Georges Fernandez (2021)

Introduction

Le 8 septembre 1941, il y a de cela quatre-vingts ans, commençait le long siège de Léningrad (l’actuelle Saint-Pétersbourg). L’armée allemande, lors de son offensive – l’opération Barbarossa – contre l’Union soviétique, débutée moins de trois mois plus tôt, parvenait, ce jour-là, à encercler totalement la ville. Ce siège, devenu blocus, enferma pendant près de 900 jours les habitants qui n’avaient pu fuir à temps.

Sous les bombardements et les raids aériens incessants, ils allaient devoir affronter la peur, le froid extrême et la famine.

Episode moins connu en France que le siège de Stalingrad en 1942 qui marqua un des tournants de la Seconde guerre mondiale, voici le récit poignant d’une des survivantes du blocus de Léningrad, Xénia Grouchevaïa (Ксения Александровна Грушевая), (1930-1984), qui, des années plus tard, raconte ses souvenirs de petite fille prise dans le chaos de ces jours terribles.

 

Petites nouvelles russes - Blocus de Léningrad - Xénia Grouchevaïa
Xenia Grouchevaïa (1930-1984)

Choix de présentation de la traduction.

L’intégralité du récit, publiée en 1982, dans la revue Zvezda (l’Etoile) a été conservée. La traduction en français se veut fidèle au texte original.

Sur la forme, le récit est présenté sous forme de ‘feuillets’ afin d’en rendre, sur les supports numériques, la lecture plus aisée.

J’ai agrémenté le récit d’illustrations diverses et, en particulier, de dessins d’enfants qui rappellent cette sombre période. Qu’ils en soient collectivement remerciés.

J’ai aussi fait le choix d’ajouter, quand cela m’a paru nécessaire, des notes et quelques annexes, afin de permettre au lecteur francophone de contextualiser le récit et de saisir les références faites par l’auteure à différents épisodes qui ont marqué sa mémoire. L’ensemble des notes est du traducteur.

Des renvois vers les cartes en annexe permettent, en particulier dans la ville de Saint-Pétersbourg, de localiser les différents endroits cités.

Remerciements :

- Madame Olga Moutouh, pour son accompagnement à la traduction, ses corrections et ses remarques ;
- Monsieur Bernard Pollet, pour sa relecture et ses corrections, côté français ;
- Madame Svetlana Weiss qui a réalisé l'enregistrement en russe ;
- Madame Roselyne Marmottant qui a réalisé l'enregistrement en français.

Conception Web : Eléna Ogievetsky – EK-PRINT-WEBDESIGN, que je remercie chaleureusement.

Pour en savoir plus :

- 'Visionnez sur Youtube (en russe) 'Le métronome de Léningrad' (Ленинградский метроном) documentaire sur le quotidien des enfants durant le siège de la ville.

- Lire (en russe) : 'La défense et le blocus de Léningrad' (Оборона и блокада Ленинграда)

- Lire (en russe) : 11 ouvrages sur le Blocus de Léningrad pour enfants et adolescents ;

- Lire (en russe) : 'La mémoire contre l’oubli' (Память против забвения) - par le fils de l'auteure – Alexandre Gavrilovitch Grouchevoï (Александр Гаврилович Грушевой)

En 1985, à titre posthume, la revue Zvezda (l’Etoile) publia un récit de la même auteure : Загадка рукописной тетради (L’énigme du cahier manuscrit) : Lire en russe.

Bonne lecture à vous !

G.F. LogoGeorges Fernandez, septembre 2021 ©

2 commentaires

  • My LE VAN

    Le récit est très intéressant car il évoque une période et une atmosphère particulières que peu de gens ont bien connues . La traduction est limpide et fluide , rendant plus attachants encore les personnages et les scènes de vie . La lecture est un vrai ravissement .

Laisser un commentaire/Оставить комментарий

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.